Menu Content/Inhalt
4924
Que veut dire "Heureux les pauvres...?"

Question

Bonjour

Postée le 02-01-2006 par : roger

Réponse

par Heinz Birchmeier

a le texte du sermon sur la montagne qui me pose problème je ne sais comment
l'interprêter .Voilà ma question Mathieu5/3 dans une vieille Bible j'ai pu lire
"" heureux les simples d'esprit car le royaume des cieux est a eux .(Segond)
heureux les pauvres en esprit car le.......Luc dit:heureux vous qui êtes pauvres
le royaume des cieux..... J'ai aussi :les humiliés.
Dans les différends cas il y a une interprétation différente ,ma recherche est
devant un mur ,je fais appel à vous pour un éclaircissement .Je vous remercie
d'avance
Bonjour Roger

Cette béatitude a en effet longtemps prêté à malentendu, jusqu’à qualifier d’heureux
les  simples d’esprit Ÿ. Le texte original grec se traduit littéralement par
 les pauvres par l’esprit Ÿ ou  en esprit Ÿ, esprit non pas dans le sens
de  l’intelligence Ÿ mais comme le centre, le tout de la personne. C’est pourquoi
la bible TOB traduit par  les pauvres de c¶ur Ÿ.Personnellement, je préfère
encore la traduction de la bible en français courant  ceux qui se savent pauvres
en eux-mêmes Ÿ.Se savoir pauvre en soi-même, c’est reconnaître tous ses échecs,
ses frustrations, ses occasions manquées, ses lâchetés, bref tout ce qui pourrait
me faire désespérer de moi-même. Celui qui se reconnaît pauvre ainsi est déclaré
heureux s’il sait que Dieu l’aime malgré tout, l’accepte tel qu’il est, et continue
à lui faire confiance. Avec l’apôtre, on pourra se dire à chaque fois  ce
qui est ancien a disparu, ce qui est nouveau est là Ÿ (2 Co.5 :17, Français
courant)

Commentaires

2009-10-30   florence

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre analyse. Je voudrais vous proposer celle de l’ancien curé de ma paroisse catholique. Selon André Chouraqui, historien juif traducteur du Nouveau Testament du grec en hébreu, puis de l’hébreu en français, il faudrait traduire “Bienheureux” par “En marche”. Il précise : “en hébreu, le mot (qu’on traduit habituellement par “Bienheureux” en français) évoque la rectitude de l’homme en marche sur une route qui va droit vers l’Eternel.” Ainsi, d’après mon ancien curé, il y aurait une autre lecture de cet évangile invitant ceux qui connaissent des difficultés de toutes sortes non pas “à la résignation, à la passivité et à la soumission”, mais au contraire à se prendre en charge. Pour ma part je ne suis pas une spécialiste, mais si je m’en tiens à la réflexion et à l’observation basées sur la logique, je me dis qu’avoir faim et soif de la justice, faire œuvre de paix, etc, représentent des attitudes dynamiques de gens “en marche”, et que dans cet esprit et ce prolongement, on peut très bien imaginer que “ceux qui pleurent”, “seront consolés”, parce qu’ils auront su se battre pour s’en sortir.

Résultats 1 - 1 sur 1

 
Fil RSS des réponses

un service proposé par
questiondieu